Michele Adams, Risk All-Stars

riskonnect logo icon
Michele Adams, VP, Risk Management Operations & Casualty Claims, Walmart

Michele Adams
VP, Opérations de gestion des risques et sinistres divers
Walmart

Quelle est votre formation ?

Rollins College (diplôme de premier cycle en communication organisationnelle), Crummer Graduate School of Business - MBA

Saviez-vous que vous vouliez devenir un professionnel du risque ? Si non, quel a été votre parcours pour en arriver là ?

Je n'avais pas prévu de me lancer dans la profession du risque. Mon parcours a commencé en 1989, alors que je travaillais dans une bijouterie, et qu'un collègue m'a dit qu'il y avait des possibilités dans une société d'administration tierce. (À l'époque, je ne savais même pas ce qu'étaient les sociétés d'administration tierce ou l'indemnisation des travailleurs). J'ai accepté un emploi d'assistante aux sinistres et j'ai obtenu ma licence d'experte en indemnisation des travailleurs en quelques mois.

L'un des experts que j'assistais est parti en congé de maternité, et j'ai été promu expert en sinistres - sans aucune expérience. C'était avant la messagerie vocale et le courrier électronique, et j'ai encore beaucoup de peine pour les demandeurs dont j'étais responsable à l'époque ! Je crois que j'avais une charge de travail de plus de 200 dossiers. Au bout d'un an environ, j'ai compris ce que je faisais et j'ai vraiment aimé traiter les demandes. J'ai quitté cette TPA pour une autre, et je suis finalement allé à Walt Disney World en 1996. Après 24 ans chez Disney, j'ai occupé plusieurs rôles intéressants qui m'ont permis d'approfondir et d'élargir mes expériences. J'ai quitté Disney en avril 2020 en tant que vice-président de la gestion des risques. J'ai rejoint Walmart à ce moment-là dans mon rôle actuel, celui de vice-président des opérations de gestion des risques et des sinistres.

J'ai eu la chance de pouvoir relever de nouveaux défis et projets tout au long de ma carrière, en traçant parfois ma propre voie avec des emplois que j'ai conçus, et en travaillant pour des dirigeants qui voyaient plus en moi que je n'étais capable de voir en moi-même. Je plaisante parfois en disant que j'ai eu la chance de travailler pour des gens qui prennent leur retraite, mais la réalité est que l'opportunité doit être prête - et j'étais prête lorsque les opportunités se sont présentées à moi. J'ai eu une belle carrière jusqu'à présent et j'ai l'impression de ne faire que commencer.

Depuis combien de temps travaillez-vous dans le domaine du risque ?

Au total, depuis ce premier emploi en 1989 jusqu'à aujourd'hui - 32 ans.

Qu'est-ce que vous aimez le plus dans ce que vous faites ?

J'aime la variété du travail. Ce n'est jamais la même chose d'un jour à l'autre, et je ne m'ennuie jamais, ce qui correspond parfaitement à ma personnalité. Je peux travailler sur des choses qui exigent une concentration singulière, du calme et une attention individuelle ; et je peux collaborer avec des équipes et des entreprises pour avoir un impact. Cette profession offre de nombreuses possibilités : finance, analyse de données, droit, médecine, défense des droits, etc. Il n'y a pas beaucoup d'emplois qui vous permettent de travailler avec les deux côtés de votre cerveau et d'avoir autant de variété.

La gestion des risques a-t-elle changé au cours de votre carrière ? Si oui, comment ?

Il suffit de considérer tous les grands événements mondiaux - naturels et d'origine humaine - qui se sont produits au cours des 32 dernières années, et la gestion des risques a été au cœur de chacun d'eux. Les marchés sont influencés par l'environnement dans lequel ils opèrent, et les opérations doivent répondre aux marchés. Je crois que la sécurité professionnelle et personnelle est perçue très différemment d'il y a 30 ans. Il y a plus d'appropriation et de responsabilité, et je crois que nous sommes beaucoup plus sûrs et plus intelligents. La technologie a été au cœur de tant de changements et d'améliorations. Nous travaillons plus intelligemment et plus rapidement que jamais et nous n'avons probablement fait qu'effleurer la surface de ce qui est réellement possible. C'est un moment passionnant pour faire partie de cette profession.

Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui est sur le point de commencer sa carrière dans le domaine du risque ?

Soyez patient et saisissez toutes les occasions d'apprendre. Quand j'y repense, je sais que je n'aurais jamais cru quelqu'un qui m'aurait dit, à 19 ans, que je dirigerais un jour le département des risques du plus grand détaillant du monde et de l'entreprise Fortune 1. Je n'ai jamais intentionnellement tracé cette voie, mais en étant ouvert à différentes expériences et à différents défis et en apprenant de ces expériences, je me suis trouvé prêt et disposé.

Avez-vous une devise personnelle ? Si oui, quelle est-elle ?

Je ne suis pas sûr que ce soit une devise, mais plutôt une citation que j'ai dans mon bureau : "Le succès n'est pas définitif, l'échec n'est pas fatal : c'est le courage de continuer qui compte." Winston Churchill. Je veux réussir, mais j'assumerai aussi mes échecs en cours de route. Ce sont les cicatrices de l'expérience et le chemin de la réussite.

Comment est votre vue ?

Découvrez comment
Riskonnect peut transformer
la façon dont vous percevez le risque.

Planifier une démo
Risk management solutions